Et si on parlait de votre projet ?

Vous êtes ici
16
Mar.

Toulouse WhiteBiotechnologie

Le démonstrateur pré-industriel TWB (Toulouse White Biotechnologie) vient d'obtenir une dotation de fonctionnement de l'Etat de 7 millions d'euros pour les cinq prochaines années.

Pour la période 2020-2025, Toulouse White Biotechnology vient d'obtenir une dotation de fonctionnement de 7 millions d'euros de l'Agence nationale de la recherche, après une enveloppe globale de 20 millions entre 2011 et 2019.

A fin 2020, TWB déménagera dans un bâtiment neuf et deux fois plus spacieux - 3.000 mètres carrés - à l'Insa de Toulouse, dont le coût de 6,5 millions est financé par le contrat Etat-région. D'ici à 2025, la plateforme veut devenir le leader européen des biotechnologies industrielles et répondre à un double enjeu : la nutrition durable et la baisse du coût des médicaments. « L'internationalisation est un point clé et nous faisons partie du projet d'infrastructure européenne de biotechnologie industrielle Ibisba, coordonné par l'Inrae », précise son directeur exécutif, Olivier Rolland.

Depuis l'an dernier, TWB participe au projet BioImpulse, doté de 28 millions sur six ans, pour produire une résine adhésive sans substance nocive à partir de la biomasse, qui réunit Michelin, Lesaffre, l'institut FCBA, l'Insa et l'Ademe. Sur ses 50 partenaires, TWB compte 35 industriels : Total, Solvay, Braskem, Michelin, Roquette, L'Oréal, Servier… Il a réalisé un chiffre d'affaires de 9 millions d'euros en 2019, dont 70 % en contrats industriels, et prévoit de s'autofinancer en 2025.

(photo d'Olivier Rolland, Directeur Général de TWB)

S'autofinancer en 2025

Toulouse White Biotechnology finance aussi des projets de recherche académique et héberge six entreprises innovantes dont Enobraq , qui mise sur l'assimilation du CO2 par des micro-organismes pour fabriquer des produits biochimiques ou Green Spot, venu de Nouvelle-Zélande en 2019 pour transformer des coproduits de fruits en farine nutritionnelle.