Et si on parlait de votre projet ?

Vous êtes ici
16
juil.

Nicolas Vialletrejoint ANITI

« C'est officiel, Toulouse est plus que jamais la ville de l'intelligence artificielle ! »

Ingénieur formé à l'X et Supaero, originaire d'Airbus, Nicolas Viallet rejoint l'équipe de pilotage d'ANITI au titre de Directeur des Opérations, aux côtés de Nicolas Asher, Directeur scientifique.

« C'est une spécificité du programme ANITI : favoriser les échanges entre les milieux académiques, industriels et de la recherche autour de l'intelligence artificielle. La mixité de notre bureau reflète et encourage ce dialogue des expériences et des savoirs à l'échelle d'un territoire. C'est au coeur de notre projet. À ce titre, ma mission est de coordonner les efforts d'équipes très diverses, de faciliter leur collaboration et de leur donner les moyens de faire leur travail avec succès. »

Plus de 50 partenaires se sont déjà engagés autour du projet ANITI.

La création d'ANITI (Artificial and Natural Intelligence Toulouse Institute), consacre un savoir-faire unique sur le bassin toulousain qui héberge déjà certains des plus gros laboratoires de recherche français dans ce domaine comme l'IRIT, l'IMT, le LAAS... mais aussi des instituts d'enseignement supérieur prestigieux et des partenaires économiques de premier plan comme Airbus, Thalès, Altran, Cap Gemini, Pierre Fabre, Renault, Continental... Le projet est porté par l'Université de Toulouse. C'est l'un des 4 Instituts Interdisciplinaires de l'Intelligence Artificielle (3IA) en France, avec Paris, Nice et Grenoble.

Le projet est piloté par Philippe Raimbault, Président de l'Université de Toulouse

« L'objectif est ambitieux : faire de Toulouse l'un des leaders mondiaux de l'intelligence artificielle en recherche, formation, innovation et développement économique. »

Pour atteindre cet objectif, les moyens mis en oeuvre sont conséquents : le Programme d'Investissement d'Avenir (PIA) voulu par Cédric Villani et qui comprend des contributions académiques et industrielles et une participation forte de l'État (via l'Agence Nationale de la Recherche), à quoi s'ajoutent les soutiens locaux de la région Occitanie, de Toulouse Métropole et de la SATT Toulouse Tech Transfert.

« L'objectif est de réunir 100 M€ sur 4 ans. Les startups ne sont pas en reste puisque pour atteindre l'objectif de 100 startups dédiées à l'intelligence artificielle, des fonds pourront être alloués pour les projets les plus solides et les plus prometteurs, en plus de l'appui et de l'accompagnement des acteurs académiques et scientifiques de la région. »