Et si on parlait de votre projet ?

Vous êtes ici
13
jan.

Toulouse championne de la résilience économique

Toulouse championne de la résilience économique...même en 2020 !

Malgré la crise économique et sanitaire, Toulouse arrive en tête des grandes métropoles françaises pour sa performance économique, selon l’étude d’Arthur Loyd sortie en cette fin d’année 2020.

La ville rose, 2e au classement général de l’attractivité, après Lyon, « conserve son hégémonie sur les indicateurs économiques, le dynamisme démographique et la présence de talents ».
Mais rentrons dans les chiffres de cette étude, qui font la force de la métropole.

Toulouse est classée 1e métropole en France pour :

  • la résilience économique, Toulouse est la métropole française la moins impactée en 2020 par l’évolution de l’effectif salarié avec un -2,5% au lieu de -3% à Paris ou -3,4% pour la moyenne nationale
  • le dynamisme démographique : +33% évolution de la population en 20 ans contre 25% à Bordeaux, par exemple
  • la présence de talents : nulle autre métropole de sa catégorie ne peut se prévaloir d’une part aussi élevée de diplômés de l’enseignement supérieur parmi sa population
  • la mobilité locale : Toulouse est la première ville régionale en France en termes d’investissements pour les transports urbains. Quelques grands projets en cours : la 3e ligne de métro, le téléphérique urbain, l’agrandissement de la ligne A récemment terminé, les bus LINEO, etc...
  • les faibles coûts du logement, favorisant ainsi l’attractivité des salariés et des étudiants

Cette attractivité exceptionnelle, Toulouse la cultive depuis déjà plusieurs décennies, mais comme souligné par l’étude, les projets urbains et l’embellissement de la ville de ces dernières années concourent aussi à cette performance. En effet, des nouvelles zones thématisées ont été créées à l’image de l’Oncopole (Campus Santé du Futur), Toulouse Aerospace (Campus innovant Aérospatial et Systèmes Embarqués), Francazal (Mobilité autonome et décarbonée), Grand Matabiau (Quartier d’affaires du centre-ville).

En revanche, l’ensemble des toulousains attendent impatiemment la ligne à grande vitesse (LGV), sans laquelle sa capacité d’accessibilité est pénalisée. « La crise sanitaire a fortement réduit les trajets aériens qui étaient un atout majeur dans l’accessibilité de la métropole, elle se retrouve donc défavorisée par rapport aux métropoles bénéficiant d’un accès LGV », relève l’étude.

- Silvia Ferrari, Directrice d'Invest in Toulouse